Clinique Vétérinaire Cath'Pattes
Dr Vermoote C., Dr Fourez M. et Dr Demontis S.
cgPage d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un amicd
 

L'ADOPTION ZEN DE MON CHIOT

 
Vign_Sans_titre15


L'ADOPTION : SOURCE DE STRESS

 
L’arrivée d’un chiot à la maison est un événement qui va non seulement bouleverser votre vie mais aussi la sienne. Et même heureux, tout changement de vie est source de stress. Imaginez-vous "parachuté" sur la lune, loin de vos proches et de vos repères...

C’est un peu ce que vit votre jeune compagnon quand il franchit votre porte. Perdu dans un environnement inconnu, aux bruits et odeurs étranges, il doit petit à petit y trouver ses marques. Séparé de sa mère et de sa fratrie, il cherche à s’apaiser auprès de nouveaux êtres d’attachement (vous). Pas facile pour un jeune tout juste sevré et émotionnellement fragile...

 
Vign_8



COMMENT LUI PREPARER LE MEILLEUR ACCUEIL ?

 
Pas d’improvisation : tout doit être prêt avant sa venue : son couffin, sa laisse, sa gamelle, ses jouets… N’oubliez pas de remplir le réfrigérateur et de faire le ménage : cela vous évitera de ‘l’abandonner’ pour faire des courses ou lui faire subir l’épreuve de l’aspirateur dès son arrivée.

Consacrez-lui du temps : allez le chercher la veille d’un long week-end ou prenez quelques jours de congés pour lui. Il a besoin d’être entouré et rassuré les premiers jours. Comment peut-il s’attacher à vous si vous partez travailler le lendemain de son arrivée ?

Un accueil sans fanfare : l’arrivée dans son nouveau foyer doit se faire dans le calme, il est déjà impressionné, n’en rajoutez pas ! N’invitez pas famille et voisins. Demandez aux enfants de ne pas crier et de ne pas trop le solliciter. Restons zen...
ASTUCE
Vign_chiot

Allez le chercher le matin pour qu’il ait déjà toute la journée pour faire connaissance avec la famille et la maison.

 
Vign_418830_10150562724647492_1968761508_n




SES PREMIERES NUITS

 
    Jusqu’à présent il dormait blotti bien au chaud contre sa mère et ses frères et soeurs. Loin d’eux, il sera perdu et montrera des signes de détresse quand viendra l’heure d’aller dormir. Gémissements, pleurs, hurlements... Vous risquez de passer des nuits blanches et vos voisins aussi.

Peut-il dormir sur le lit ?

Le faire dormir tout près de vous est une solution séduisante et efficace : rassuré dans son cocon douillet, il s’endormira vite. Mais, attention, le danger est que cela devienne une habitude qui perdure à la puberté (il sera difficile plus tard de l’en faire descendre !). Le lit est un lieu stratégique pour le chien, réservé au leader du groupe. Lui permettre d’y dormir équivaut à lui donner d’emblée un statut de dominant tout à fait néfaste à son équilibre psychique futur. Et puis ne serait-ce que pour une question d’hygiène, il n’est pas souhaitable de l’avoir dans vos draps...

Faut-il l’exclure de la chambre ?

Pas forcément. Si seule votre présence le calme, rien ne vous empêche de placer son couffin au pied de votre lit (sans accepter qu’il y monte). Les comportementalistes recommandent de repousser sa couche dans un coin de la chambre ou dans une autre pièce à l’âge de 4-5 mois, juste avant la puberté, au moment où votre chien commence à s’affirmer. Le problème est que votre chiot va sûrement souiller la chambre pendant la nuit car il ne pourra pas se retenir.

Peut-il dormir dans la cuisine ou le salon ?

Pourquoi pas ? C’est la solution idéale si vous possédez un autre chien auprès duquel votre chiot trouvera du réconfort et de la chaleur. Seul, il peut très bien dormir dans une autre pièce que votre chambre à condition de l’y cantonner dès sa 1ère nuit. Installez-lui un couffin ou un panier bien chaud et moelleux dans un endroit isolé, calme et à l’abri des courants d’air. Il va sûrement gémir et aboyer d’angoisse : ne faites pas l’erreur de vous lever pour venir le consoler ou, pire, le gronder. Il va finir par s’endormir et s’habituer à dormir seul. Choisissez de préférence une pièce facile à nettoyer pour ses oublis nocturnes.
ASTUCE
Vign_chiot

Un linge imprégné de votre odeur (pull, tee-shirt ...) placé dans son couffin l'apaisera et l'aidera à s'endormir.

Il ne fait pas ses nuits

Malgré tous vos soins, il angoisse à l’idée de dormir seul, gratte la porte, geint ou tente d’escalader votre lit ? Parlez-en à votre vétérinaire qui pourra vous aider à gérer son stress nocturne.

 
Vign_DSCN1106




SES PREMIERS REPAS

 
    La croissance est une période sensible et critique qui conditionne la santé et la vie futures de votre chiot. Bien le nourrir avec une alimentation adaptée à son âge et sa race est donc essentiel. Néanmoins, les premiers temps, le plus important est de veiller à ce que ses repas se déroulent sans stress et que votre jeune ami adopte d’emblée de bonnes manières.

Que lui donner à manger ?

Le tube digestif de votre chiot est encore fragile et immature : tout changement alimentaire brusque provoque des troubles digestifs avec diarrhée et déshydratation. C’est pourquoi les premiers jours il est impératif de continuer à lui donner l’aliment qu’il consomme depuis qu’il est sevré. Et d’éviter tout écart. Si, sur les conseils de votre vétérinaire, sa ration doit être modifiée, attendez une semaine puis observez une transition alimentaire sur 10 jours en remplaçant petit à petit le nouvel aliment par l’ancien.

A quel rythme ?

Jusqu’à l’âge de 3 mois, votre chiot a besoin de 4 petits repas dans la journée. Passez ensuite à 3 repas quotidiens puis 2 quand il aura atteint la moitié de sa croissance (entre 4 et 7 mois d’âge selon les races).

Faut-il attendre qu’il réclame ?

Dès le départ, ne lui donnez pas la mauvaise habitude de quémander. C’est à vous de fixer les horaires des repas et de vous y en tenir. Il doit toujours manger après vous et éventuellement après le ou les chien(s) adulte(s) de la maison. C’est une règle chez les canidés : les petits comme les dominés sont toujours les derniers servis, cela leur apprend à se contrôler. Pour la même raison, ne laissez pas son aliment en libre service. La prise anarchique des repas favorise également une surconsommation néfaste à sa croissance.

Comment stimuler son appétit ?

Tout bouleversement dans ses habitudes alimentaires stresse le jeune et… lui coupe l’appétit. Pour le rassurer, donnez-lui toujours le même aliment, dans la même gamelle, aux mêmes heures, au même endroit à l’écart. Le chiot doit pouvoir manger dans le calme, sans être dérangé, ni observé. Ne le forcez surtout pas !
ASTUCE
Vign_chiot

Vous sentir à proximité l’apaise. Au moins les 1ers temps, restez dans la même pièce pendant son repas mais… ne le regardez pas manger.

Il boude sa gamelle
S’il refuse de toucher aux croquettes recommandées par l’éleveur, ne faites pas l’erreur de lui proposer un steak. Peut-être est-il trop excité pour l’instant par sa nouvelle famille ? Ou, au contraire, trop perturbé par tous ces changements ? Si son manque d’appétit persiste, signalez-le à votre vétérinaire.
 
Vign_562944_10150759600389721_1892142086_n



SES PREMIERS JEUX

 
    Le jeu est le meilleur remède contre le stress, c’est pourquoi il faut en user et en abuser avec votre chiot dès le début de votre histoire commune. Il permet aussi de tisser des liens de complicité entre lui et vous, favorise son bon développement physique et comportemental, et est un merveilleux moyen de l’éduquer.

Comment l'inciter à jouer ?

D’abord il faut qu’il s’intéresse à vous. Rien de plus simple : accroupissez-vous et tapotez vos cuisses ou le sol en l’appelant d’un air joyeux. Il interprètera ces gestes comme un appel au jeu. Puis agitez un jouet (balle, peluche...) devant son nez pour qu’il cherche à le prendre en gueule et lancez-le. Sachez qu’aller chercher un objet n’est pas inné chez le chien, il doit l’apprendre !

Quels sont les jeux interdits ?

Tous les jeux brutaux et/ou de tiraillement (quand il tire sur une corde, un tissu, un jouet, etc. que vous tenez) sont à proscrire dès le départ. Ils surexcitent le chiot, le rendent encore plus brutal et même agressif et ne lui apprennent pas à se contrôler. Ne tolérez pas non plus qu’il vous mordille pendant un jeu : stoppez-le net par un «non !» sec et autoritaire et détournez-vous de lui.

Faut-il le laisser jouer avec un autre chien ? un chat ?

Oui, bien sûr, de ces jeux naîtra une belle amitié. N’intervenez surtout pas même si le jeu semble dégénérer. Le chien adulte comme le chat lui apprendront à ne pas dépasser certaines limites, à contrôler son comportement en sanctionnant par exemple les mordillements trop forts.

Quelles précautions avec les enfants ?

Il faut que les deux apprennent à jouer ensemble sans brutalité. Dès que le chiot mordille ou s’énerve, intervenez pour stopper le jeu. Demandez aux enfants de ne pas porter le chien dans les bras et de ne pas le solliciter quand il mange ou se repose.
ASTUCE
Vign_chiot
Il refuse de vous donner sa balle ? N’allez pas la chercher dans sa bouche mais présentez-lui une autre balle en disant "donne !", il lâchera la 1ère !
Il ne veut pas jouer
Vos sollicitations le laissent de marbre voire l’apeurent ? Peut-être est-il triste, stressé ou impressionné ? Baissez d’un ton, mettez-vous à 4 pattes et, souriant(e), montrez-lui un jouet ou une friandise. Pas de réponse ? Ce n’est pas normal, une consultation vétérinaire s'impose.
 
Vign_260241_2043909270445_2051364_n



SES PREMIERES SORTIES

 
    Ne considérez pas votre chiot comme un bébé fragile qu’il faut calfeutrer à la maison. Il a besoin de sortir du cocon familial, d’être confronté le plus tôt possible au monde extérieur pour mieux le découvrir et s’y habituer. Les balades dans votre jardin ne suffisent pas. Dès le lendemain ou le surlendemain de son arrivée chez vous, sortez le dans la rue (en laisse), laissez-le aller au devant des passants, des autres chiens, des pigeons… Ses premières promenades doivent être une fête.

Faut-il attendre la fin de ses vaccins pour le sortir ?

Surtout pas ! Isoler son animal jusqu’à 3 mois sous prétexte qu’il n’a pas reçu sa seconde injection vaccinale est une aberration. Car la période de socialisation a lieu justement entre 3 semaines et 3 mois chez le chiot : c’est un moment crucial de sa vie où il a la faculté de s’imprégner des éléments du monde qui l’entoure (êtres vivants, bruits, images, odeurs…) et de s’y habituer. Passés 3 mois, toute chose nouvelle est facteur de stress et de phobie. Si vous attendez pour le sortir, il risque de développer des troubles du comportement dominés par la peur.
Sachez que d’un point de vue médical, son premier vaccin le protège déjà : évitez juste les contacts avec des chiens malades et ne le laissez pas lécher des urines, les flaques ou renifler des selles diarrhéiques.

Comment lui apprendre la laisse ?

Habituez-le au collier seul puis au collier et à la laisse dans un environnement rassurant : chez vous. Mieux vaut associer au début le port de ces accessoires à un jeu. Apprenez-lui les rudiments de la marche en laisse à la maison avant les leçons à l’extérieur.

Où le sortir la première fois ?

Ne variez pas trop ses promenades les premiers jours. Il faut qu’il prenne ses repères. Un petit tour en bas de chez vous est bien suffisant. Pensez à l’emmener dans un endroit approprié pour qu’il fasse ses besoins : l’éducation à la propreté commence dès son arrivée.

Combien de fois par jour ?

Trois (courtes) sorties par jour est le minimum. Quand vous le sentirez plus à l’aise, vous pourrez augmenter le nombre et la durée des balades.
ASTUCE
Vign_chiot

Ne tirez pas sur la laisse pour le faire avancer. Il le prendrait pour un jeu ou… une agression ! Gardez au contraire la laisse lâche et stimulez-le avec une balle ou une friandise.

Il est pétrifié dans la rue
Une patte à l’extérieur et il se fige, grelotte sur place et commence à paniquer ? N’insistez pas. Peut-être n’a–t-il pas encore vaincu ses premières peurs liées à son arrivée dans son nouveau foyer ? Demandez à votre vétérinaire de vous aider à diminuer son angoisse.
 
Vign_62237_10151287616049721_1938612352_n




SES PREMIERES BETISES

 
    Soyez indulgent avec lui (il a tout à apprendre !) mais tout en lui inculquant dès le début les bonnes manières et règles de vie. Et souvenez vous qu’en matière d’éducation, la récompense est mille fois plus efficace que la punition.

Il mordille vos mains ou vos pieds

L’idée selon laquelle il mordille pour se faire ses dents est fausse. Le mordillement est un comportement normal chez le chiot mais il n’est pas lié à l’éruption dentaire et doit être inhibé. Si vous le laissez faire, il sera incapable de jouer sans faire mal. C’est à vous de lui apprendre à contrôler ses mâchoires : stoppez tout contact avec lui dès qu’il mordille, dites « non », les sourcils froncés et éloignez-vous. Evitez les corrections physiques.

Il prend vos affaires pour des jouets

Un chiot adore mâchouiller tout ce qui est à portée de gueule. Ne lui courez pas après s’il s’en prend à une de vos chaussures ou à la télécommande. Il le prendrait pour un jeu. Lancez-lui plutôt une balle pour lui faire lâcher son trophée et… rangez vos affaires !

retour au sommaire Il souille le tapis

Un chiot de 2 mois ne peut pas se retenir plus de 2-3 heures, il est normal qu’il s’oublie un peu partout dans la maison. Commencez l’apprentissage de la propreté dès son arrivée en le sortant régulièrement, surtout après un repas ou un repos. Ne lui mettez pas le nez dans ses urines, cela ne sert à rien. Ne le grondez pas non plus en lui montrant les souillures et évitez de nettoyer en sa présence, il le prendrait pour un jeu. Prenez votre mal en patience.

Il grignote les plantes

Ce petit jeu peut s’avérer dangereux car beaucoup de plantes d’appartement ou d’extérieur sont toxiques. Mettez les plantes vertes hors de portée, en hauteur. Si dans le jardin, il s’intéresse de trop près à vos plantations, faites diversion en lui lançant un jouet ou en claquant des mains pour qu’il vienne vers vous.
ASTUCE
Vign_chiot

Ne lui offrez pas un de vos vieux chaussons comme jouet. Vous ne ferez que l’encourager à s’attaquer à toutes vos chaussures !

Il est trop émotif
Une contrariété, une voix forte ou même une joie, toute émotion se traduit chez lui par l’émission de quelques gouttes d’urine… Le chiot a du mal à contrôler ses sphincters et il est normal qu’il ait des « fuites » de temps à autre. Quand cela devient systématique, c’est le signe d’une grande sensibilité émotionnelle : parlez-en à votre vétérinaire.
 
Vign_16
 
Vign_63668_1782742532010_5462126_n
 
Vign_20
 
Vign_Sans_titre16
 
Vign_dscf2902
 
Vign_P1010975
 
Vign_DSCN1120
 
Vign_2
 
Vign_P1050443
 
Vign_Sans_titre18
 
Vign_P1020001
 
Vign_P1000048
 
Vign_DSC02618
 
Vign_nour3
 
Vign_17
 
Vign_DSC07844
 
Vign_P1020026
 
Vign_P1020032
 
Vign_bichty03
 
Vign_64_GROUPE_200812_
 
Vign_achille_008
 
Vign_G_11_groupe_270909
 
Vign_11
 
Vign_DSCN1112
 
Vign_P1020012
 
Vign_36965f92-ab7c-4f64-05dc-fd2f61195d9b
 
Vign_P1000380
 
Vign_10
 
Vign_0053
 
Vign_3
 
Vign_pep_s_10
 
Vign_578928_195196790601230_309894387_n
 
Vign_basset-hound-chiot_dreamsti
 
Vign_530378_10151317366604721_147144377_n
 
Vign_278065_2043910390473_3558026_o
 
Vign_DSC02663
 
Vign_DSCN1138
 
Vign_s5032245
 
Vign_6
 
Vign_376642417_small
 
Vign_381997_10151287614924721_874373910_n
 
Vign_P1020078
Marquise
© 2010
Créer un site avec WebSelf